Partagez | 
 

 L'Histoire du pays



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
pts d'expérience
messages postés
Gardien de l'Etincelante
Oracle Blanc
Inventaire vide
Poulpy est notre Dieu ~
Pas de magie
Pas de Rang
Pas de maana
Faery
1085
492

L'Histoire du pays

Les prémisses d'un monde fantastique

Il y a de nombreuses années, tant et tellement qu’aucune entité ne peut encre en témoigner, un peuple fantastique a été condamné à l’exil par les Humains. À vrai dire, ils ont décidé eux-mêmes de fuir et rien ne les y obligeait véritablement, si on considère que la Mort n’est pas un argument suffisant.

Des esprits pacifiques à la magie encore maladroite contre des entités belliqueuses aux esprits armés de ressentiment et les mains d’engins de mort… Que pouvaient-ils faire ? Leur clémence fut néanmoins remerciée quand ils découvrirent un autre monde après avoir sacrifié énormément d’énergie à créer un passage entre deux dimensions, lorsque celui qui les accueillit se trouvait être un berceau de maana. Soulagés d’avoir trouvé une terre hospitalière, ils étaient en réalité bien loin de connaître le calvaire déguisé qui les attendait.

Ils avaient beau tenter de faire pousser des graines - tant de blé que d’espoir - rien ne voulait naître sur cette terre. Alors que s’égrainaient leurs maigres provisions, ils durent se rendre à l’évidence ; jamais leurs cultures ne pourraient prendre racine en même temps qu’eux dans cet endroit. Mais alors que l’ombre de la précarité se mettait à planer au-dessus de leurs âmes, ils eurent d’autres mauvaises nouvelles à apprendre. Bien sûr, ils ont essayé de goûter les denrées qui étaient là bien avant eux, ils comprirent que quelque chose n’allait pas ; même les plus gourmands s’amaigrissaient, peu importaient les quantités que leurs estomacs pouvaient accepter.

Alors que s’amaigrissaient leur réserves… Ils devaient trouver une solution. En désespoir de cause, ils décidèrent de marcher, encore et encore, pour voir si l’herbe n’était pas plus verte ailleurs, si leur destin ne leur serait pas plus profitable. Au cours de ce périple, les groupes se scindèrent, encore et encore, au fur et à mesure des pertes, tant “humaines” que mentales. Toutefois, avant de se séparer, les différents groupes décidèrent de rester unis, ne serait-ce que par la pensée. Après un court débat, ce qui se faisaient appeler et chasser en tant que sorciers se réunifièrent sous la bannière de la Faery, faisant abstraction des différences qui existaient entre eux. Même si cette stupide humanité ne le saurait jamais, elle avait regroupé une nouvelle caste autour de leur rancoeur à leur égard.

Plusieurs semaines plus tard, un premier groupe arriva au sud ouest du continent sur lequel il se trouvait. Pendant tout ce temps, ils n’avaient su trouver un endroit qui ne rejetterait pas leur présence et, honnêtement, cet endroit ne semblait pas plus empli de bonté. Toutefois, voir cette falaise où ondulaient les hautes herbes, au rythme du sifflement du venteux suffit à leur donner du baume au coeur, ces  pauvres damnés.

Peut-être était-ce parce qu’ils ne l’avaient pas remarqué plus tôt. Il avait fallu que le plus opiniâtre d’entre eux gravissent ce versant de colline pour tomber nez à nez avec la plus belle chose qui lui avait été donné de voir…

Oui, il était là.

Le cristal.

Une prodigieuse énergie s’en dégageait et rapidement ils comprirent qu’à défaut d’avoir de la nourriture, ils avaient accès à une puissance incommensurable. Cela aurait été bien superficiel de préférer la force à la nécessité, et surtout aussi stupide que les humains, me direz-vous… Mais si cette puissance pouvait leur permettre de se nourrir, cela changeait tout. S’ils avaient dû sacrifier énormément d’énergie pour arriver ici, peut-être qu’avec l’aide du cristal, ils pourraient créer un portail vers la Terre pour s’approvisionner de nouveau. Il n’était question ni de leur faire la guerre, ni de revenir là-bas, alors il ne restait plus qu’à ramener la nourriture à eux. Les plus aguerris décidèrent alors de refaire le rituel pour créer un portail vers la Terre qui les avait chassés et ses petits esclaves d’humains.

Ils accomplirent alors le Miracle qu’ils attendaient tant et ce fut des dizaines de faeries qui s’engouffrèrent dans le portail pour ramener de la Terre quelques souvenirs… S’ils étaient d’accord pour ramener un maximum de nourriture, ils prirent également quelques matériaux et des outils pour pouvoir s’établir correctement dans leur nouveau monde.

Après cet épisode, certains furent délégués à la construction d’un village où il ferait bon vivre, tandis que d’autres partaient en exploration. La forêt les intriguait beaucoup et ils pensaient qu’ils avaient sûrement des choses à en tirer, sans abuser. Ils découvrirent alors des matériaux plus fabuleux les uns que les autres. Bientôt, ils sentirent que leur esprit créatif ne serait plus jamais bridé, alors ils créèrent un village comme ils en avaient toujours rêvé et bâtirent une magnifique salle baignée autour du cristal afin de le protéger des intempéries.

Bien rapidement, une religion s’établit autour du cristal. Les villageois remerciaient bien souvent cette entité de les avoir aidés et n’avaient de cesse de se demander comment ils pourraient rendre la pareille au cristal, autrement qu’en prières.

Un jour, le cristal leur apporta une réponse lui-même, quand apparut devant les yeux de certaines personnes une entité semblable à une chimère. Celle qu’on appellera par la suite l’Oracle avait, disait-on, chuchoté aux oreilles des plus braves guerriers de maintenir la paix sur cette terre, quoiqu’il arrive. Il apparaît aux férus de légende que c’était cette parole divine qui était à l’origine des Gardes d’Eel.

Les familles élitistes d’Eldarya commencèrent à vouloir étendre leur suprématie. Elles émergèrent un peu partout sur le continent, espérant retrouver leur statut d'antan, ou au contraire pouvoir se bâtir un nouvel avenir égal à celui des familles qu’ils servaient sur Terre. De multiples guerres éclatèrent. De tout temps et partout. Tout d’abord, les guerres concernèrent la nourriture et quelques armes. Le pillage était devenu une manière de survivre. Puis, une denrée était devenue bien plus précieuse que la force, elle était la vie. Les portails, les seuls passages entre les deux mondes : La Terre et Eldarya. Comme aucune ressource nutritive ne poussait sur les terres pauvres d’Eldarya, les portails étaient la seule manière de pouvoir rapporter de la nourriture et de la technologie. Puis, plus les années avançaient, plus armes se faisaient aiguisées. Les faerys qui vivaient là depuis longtemps avaient commencé à développer des caractéristiques particulières. La magie s’était renforcée chez certains, tandis qu’elle était apparue chez d’autres. La cause fut vite dévoilée. Le cristal était une entité puissante. Très puissante. Ces faerys furent utilisés pour la guerre, de gré ou de force selon les régions du monde. Quant au cristal, il devint une arme dans l’imaginaire collectif. Une arme à peu près aussi convoitée que les portails. Et pour tous, celui qui possédait le cristal, possédait la force de conquérir le monde.

Les guerres poussèrent les peuples à la famine. La mort se répandait comme une malédiction et la démographie diminuait. Si rien n’était fait, le peuple faerys finirait sûrement par disparaître définitivement d’Eldarya. Certains eldaryens avaient fini par le comprendre et décidèrent de prendre les choses en main. Et c’est alors que, sorti de nulle part, comme un miracle, un groupe de faerys essaya de faire bouger les choses. Il prônait un système basé sur l’égalité des chances. Un monde débarrassé des guerres et des monarchies. Un monde où tout le monde aurait une chance de s’élever dans la société et de devenir quelqu’un d’important, un soldat de la paix et de la justice. Cette idée séduisit de nombreux faerys. Un nouveau mode de pensée pour un monde nouveau. Ce groupe de personnes s’imposa vite à Eel, et finit par récupérer le cristal afin que son pouvoir ne se retrouve pas surexploité. On les nomma “les veilleurs”. Ils étaient les veilleurs de la paix, de la justice, d’Eldarya et de son cristal. Eel possédait son propre portail. Les veilleurs en profitèrent pour nourrir les populations alentours. Cela attira les pauvres gens vers le Sud-Est, où le climat était plus clément, ainsi que ses dirigeants. Leur influence s’étendit au fur et à mesure des années, prenant une petite partie de la forêt de Célimor. De nombreux villages et cités se retrouvèrent sous leur joug. De même, l’enceinte des remparts devint un véritable havre paisible et sécurisé qui servit de refuge à ceux qui demandaient l’asile. Les familles déjà présentes à Eel pouvaient tout naturellement y demeurer, de même que de nombreux foyers migrèrent vers cette promesse de tranquillité. Ce fut encore plus vrai quand le cristal commença à se fragiliser. Ce joyau régnant sur les flux de maana, la moindre altération pouvait perturber les flux, ce qui avait pour conséquence, directe et dramatique, d’atteindre l’équilibre mental des individus.

Il était en effet dit que le maana était en lien étroit avec le psychisme de chacun et qu’aucun ne pouvait subsister avec une quantité d’énergie magique autre que celle que le Destin lui avait octroyé.

Malheureusement, un jour, un groupe d’individus s’introduisit dans le Quartier Général des Veilleurs, un jour de 679. Mal intentionnés, ils brisèrent en partie le cristal avant de se faire stopper par le chef de l’Etincelante en faction à ce moment-là. Toutefois, les dégâts causés eurent des conséquences dramatiques sur le monde d’Eldarya. Comme une traînée de poudre, la folie irradia les environs du cristal, assaillant les esprits les plus faibles. Les Veilleurs ne comprirent pas - ou trop tard - ce qu’il se passait et il ne fait aucun doute qu’ils auraient préféré s’épargner une pareille vision et les nombreux sacrifices qui suivirent ; ils étaient attaqués de l’intérieur, par leurs propres amis, leurs propres protégés. Cette tragédie coûta rapidement la vie des anciens chefs de la Veillée Etincelante et de la Veillée des Guérisseurs car ces derniers n’avaient pas su se résoudre à se défendre contre leurs anciens amis.

La Veillée des Combattants fut également endeuillée de leur dirigeant, seul Nevra, de la veillée des Fureteurs,  conserva sa place et sa vie. Après cette nuit d’horreur et de combat, l’enceinte des remparts retrouva un semblant de tranquillité peinte au noir des souvenirs trop vivaces de ce cauchemar. Ceux qui avaient survécu étaient pour la plupart choqués, ou blessés, ou les deux pour les plus malchanceux. À cette période, beaucoup remirent leur salut entre les mains du vampire, bien qu’Ezarel avait accédé à une place temporaire de chef de la Veillée des Guérisseurs, puisqu’il était le second de l’ancien chef, à l’instar de Miiko pour la Veillée Etincelante. Il leur fallait reconstruire leur Quartier Général, leur superbe et leur rôle sur les restes fragiles ravagés par la démence.

Peu de temps après, on commença également à entendre parler de Valkyon dont le courage et la force d’esprit revêtait les apparats du salut. Eel se reconstruisit petit à petit et Miiko, Nevra, Ezarel et Valkyon demeurèrent les chefs de leurs factions respectives que l’on renomma “Gardes”, comme si le mot “Veillée” ne devait plus servir qu’à honorer leurs morts.

© Eldarya RPG
Codage par SakuChou • Texte par Harya et Noctem
 
L'Histoire du pays
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire des pays d'Europe
» L'Histoire du pays
» Les soviets (Tintin au pays des soviets)
» voyage au pays des mérous
» Chevalier et Ségur - Le pays des songes - Légende des contrées oubliées T2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldarya RPG ::  Le Monde d'Eldarya  :: Histoire d'Eldarya-
Sauter vers: